Imprimer ceci Page

Pistes de réflexion vers un changement

Voici maintenant quelques pistes de réflexion, et quelques conseils qui pourront être utilisés parfois comme base de dialogue avec une personne homosexuelle qui souffre de son état, nous en fait part, et aspire librement à un changement et une transformation, une restauration de son être :

  • Vérifier si la personne est réellement volontaire pour effectuer ce changement, et si elle n’est pas d’abord sous l’influence ou la pression de quelqu’un (parent, ami, association, groupement religieux). Evaluer ses motivations. Sa décision de changer doit être profonde et résulter d’un cheminement personnel.
  • Débuter avec elle, et en complet accord, une série d’entretiens où elle se racontera (vécu, déceptions, réussites, souffrances etc.). Prendre des notes. Beaucoup écouter. Ne pas se voir soi-même comme le sauveur de sa vie et de ses difficultés : nous ne sommes qu’un « poteau indicateur fragile », nous ne devons d’ailleurs pas exercer de pression ni de contrôle sur la vie des personnes.
  • Pour évoluer et changer, il est indispensable d’intégrer d’abord ce qui existe déjà. Il faut donc inviter la personne à s’accepter elle-même, et à extérioriser ce qu’elle a refoulé parfois depuis des années : angoisses, peurs, déceptions, traumatismes. Le passage du stade du rejet de soi-même à l’acceptation est primordial : aucune évolution psychologique ne pourra réellement s’opérer avec succès sans que cette étape soit franchie.
  • Faire un bilan général de son vécu, de ses acquis, de ses carences, et proposer un bilan psychologique (et spirituel le cas échéant) en explorant les racines des difficultés rencontrées, en relation avec les carences.
  • Lui expliquer la probabilité que certains processus psychologiques, certains événements qu’elle a traversés aient pu la conduire vers l’homosexualité. Chaque parcours de vie est différent, les raisons qui ont provoqué la fixation de l’attirance homosexuelle puis le passage à l’acte ne sont pas toujours évidentes et définitivement explicables.
  • Il faut identifier d’une part les enrichissements et les gains, d’autre part les déficits, pertes et anxiétés à vivre dans l’homosexualité ou dans l’hétérosexualité. Selon le bilan qu’elle aura fait sur elle-même, la personne sera en mesure de mieux réévaluer sa décision à prendre quant une éventuelle nouvelle orientation.
  • L’inviter à lire des ouvrages reconstructeurs sur le thème de l’homosexualité.
  • Un ou plusieurs abus émotionnels, affectifs, sexuels ou d’autorité ont-ils eu lieu durant l’enfance ? des rejets et des humiliations ? des moqueries quant à la masculinité ou la féminité ?
  • L’enfant d’autrefois a-t-il pu bénéficier d’une aide psychologique, ou est-il resté dans la solitude en s’isolant davantage ? Provient-il d’une famille dysfonctionnelle ? Quelle ont été la nature de son éducation, et les exigences que l’ont a fait reposer sur lui ?
  • Quels choix a-t-il opéré face à ses émotions et ses désirs ? A t-il pu développer ou non un sentiment d’exister fort, une sens à sa vie et un sentiment d’appartenance à son genre ?
  • Le sens de son existence est-il basé exclusivement sur la problématique de ses pulsions homosexuelles ? A-t-il eu recours à un soutien au sein d’un groupe pour les personnes qui sont dans l’homosexualité ? Qui l’a initié à l’homosexualité, comment et dans quel cadre ? A quel âge les attirances homosexuelles sont-elles apparues ?
  • Rechercher la nature et la qualité de la relation triangulaire « père-mère-enfant » : père et mère, père-enfant, mère-enfant. Mais aussi de la relation avec les frères et sœurs, et avec les groupes (au sein de l’école – des activités associatives etc.)
  • La phase fusionnelle avec la mère s’est-elle prolongée et cristallisée ? L’identification au père a-t-elle été effectuée ? La phase de réappropriation de son propre sexe s’est-elle opérée, afin d’avoir une personnalité adulte qui lui permette d’aller vers l’autre sexe sans en avoir peur ? La phase narcissique s’est-elle prolongée ?
  • Examiner ensemble quel est le déficit réel subi dans la relation avec le parent du même sexe. C’est l’attachement avec le parent du même sexe qui comble chez l’enfant le besoin d’être aimé par ce parent et de s’identifier à lui.
  • Chercher à définir les pulsions qui se sont manifestées dans l’enfance pour compenser et combler ce déficit.
  • Chercher à déterminer l’étendue du sentiment d’animosité (voire de mépris) envers le parent du même sexe, lié à la déception de ne pas être aimé et entouré par lui. Proposer de pardonner malgré la douleur.
  • Cerner le problème du « détachement défensif » qui a dû s’opérer envers le parent du même sexe, et qui a entravé le processus normal d’identification avec ce même sexe. Dans le cas de la personne qui s’est établie dans l’homosexualité, il y a eu une série d’incidents douloureux qui l’ont poussée à ne plus vouloir être en relation avec une source d’affection qu’elle ressentait comme pénible. Il y a alors eu détachement, pour se préserver et se défendre.
  • Cerner le processus de perte et de deuil, le chagrin et la colère relatifs à la perte de l’attachement avec le parent du même sexe. La perte a provoqué une blessure d’abandon et de rejet, elle a entraîné un sentiment de solitude et d’infériorité, ainsi qu’une incapacité à faire confiance.
  • Etudier comment pouvoir combler les besoins affectifs non satisfaits, autrement que par l’acte homosexuel et la dépendance de la pornographie. De saines relations avec des personnes du même sexe peuvent être établies en compensation, sans but sexuel. La condition homosexuelle implique des désirs normaux (au départ) qui n’ont jamais été comblés, et ont plus tard été érotisés.
  • Cerner la part active et cachée de chaque aspect de genre (masculin – féminin) et amorcer un travail de reconstruction du genre le cas échéant.
  • Cerner le processus d’identification [1] effectué dans l’enfance : quel a été le modèle principal de cette identification ? Etait-il bon ou mauvais ? A-t-il apporté équilibre et épanouissement ?
  • Définir quels facteurs ont influencé l’orientation sexuelle : événements traumatisants – entraînement collectif – goût personnel et attirance profonde – déceptions sentimentales avec les personnes de l’autre sexe – répugnance ou élévation de la femme – recherche de sécurité pour remplacer l’absence du père etc.
  • Définir les facteurs qui ont contribué à la fixation de l’orientation homosexuelle : expériences affectives puis sentimentales, amoureuses et sexuelles réelles ou imaginaires – carences affectives comblées par une fréquentation – plaisir et bonheur ressentis – évidence de cette orientation comme étant la vraie et la seule etc.
  • Réévaluer l’image de la femme, et travailler la question de la vie relationnelle et émotionnelle avec les personnes de l’autre sexe. Presque tous les personnes ancrées dans l’homosexualité souffrent d’une manière intermittente d’un deuil de l’hétérosexualité, et du fait de ne pas pouvoir avoir d’enfant. Il s’agit de faire remonter la relation à l’hétérosexualité.

Bien que nous ne puissions pas changer ce qui est arrivé dans le passé, nous pouvons changer comment cela nous affecte aujourd’hui, et comment nous comprenons ce qui est arrivé. Nous pouvons supprimer les effets négatifs et dévastateurs de certains événements du passé en transformant leur interprétation, et en réorientant sainement nos réactions.

Au fil du cheminement vers un changement, de nombreuses luttes vont avoir lieu au niveau des attirances, des fantasmes et du comportement. Le domaine de la sentimentalité, donc des émotions ressenties à l’intérieur des attirances et des désirs, sera difficile à gérer. Les changements dans ce domaine vont s’effectuer progressivement, avec des souffrances et des découragements.

Le fait d’être confronté à nouveau avec les grands problèmes existentiels de la vie personnelle pourra réveiller à nouveau des traumatismes, des douleurs et des pulsions d’autrefois : l’important sera maintenant de savoir les affronter au présent et de les gérer différemment d’autrefois, puis ensuite de les réorienter positivement. Le ressenti semblera plus difficile et désagréable simplement parce que nous abordons enfin les problèmes que nous avions ignorés ou déniés jusqu’à présent. Passer par des phases de mal-être conduira ensuite à la libération de l’être tout entier : il faudra accepter de passer par ce chemin parfois douloureux en persévérant.

La transformation et le renouvellement du domaine de la pensée deviendra indispensable, en modifiant les mécanismes qui auront conduit à une fausse interprétation des événements ou des actes traumatisants subis.

[1] Identification : assimilation d’un aspect d’un moi étranger que le sujet prend à son insu comme modèle dans la constitution de sa personnalité. (Cette dernière se construit à travers de multiples identifications.)

Lien Permanent pour cet article : http://www.oserenparler.com/lhomosexualite/homosexualite_irreversible/pistes/